Forum RPG se basant au Japon en 1780 durant l'ère Edo, période de grande famine où chacun devra apprendre à vivre malgré les événements.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les classes sociales

Hikari

Admin

avatar
Fonction : Admin
Messages : 137
Âge rp : 127 ans
Statut marital : Célibataire
Yens : 150
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Déc 2017 - 11:42
Les différentes classes sociales


La société, sous l'ère Edo, est dirigée par l'Empereur qui a instauré une hiérarchisation très précise. Cela est possible grâce au Shogunat, installé à Edo, et aux Daimyos qui dirigent le Shinokosho. Dans ce sujet, vous trouverez une description de chaque classe sociale par ordre d'importance et de richesse dans la société japonaise.

1. Empereur
L'Empereur est au sommet de la société et dirige le Shogunat et les Daimyos mais subit également une immense pression de la part des autres familles du même niveau social que lui. Régulièrement, il se retire dans un temple pour les éviter mais n'y échappe pas toujours. Il représente un symbole et l'unité, une stabilité pour le Japon, en particulier durant l'époque Edo. L'empereur est le descendant de la déesse Amaterasu selon la religion nationale (shintoïsme). Il a installé son palais à Kyoto, capitale impériale du pays (qui commence à gagner en capital culturel malgré eux).

2. Shogun
Le shogunat Tokugawa (徳川幕府) est la dynastie du Shogun dirigeant le Japon sous les ordres de l'Empereur durant toute la période de l'ère Edo, appelée aussi Tokugawa. Edo, ville où ils ont installé le shogunat, est la capitale qu'ils choisissent pour s'éloigner de la capitale impériale qu'est Kyoto. Ils dirigent en suivant le système féodal, chaque Shogun est chargé de gérer une province occupée par des daimyos qui est la classe sociale suivante. Chaque province peut avoir des règles différentes, toujours sous le contrôle des Shoguns et des Daimyos.

Les Shoguns possédaient un pouvoir territorial, ayant l'autorisation de supprimer des domaines, de les annexer ou en modifier les limites. Les Daimyos, habitant ces domaines, n'étaient pas dérangés plus que cela car ils envoyaient alors leur famille dans le sankin-kotai, système de résidence alternative.

Malgré son existence, le Shogunat n'est pas le chef légitime du Japon, qui reste l'Empereur, et il a donc nommé un agent (le Kyōto shoshidai) pour faire la liaison entre lui et l'Empereur.

3. Daimyo
Il s'agit d'un titre de noblesse japonaise. Chaque Daimyo dispose d'un domaine, appelé Han, et en est le seigneur dont les Samouraïs sont les valets, les gardes personnels, ne manquant de rien. Leur nombre se monte à deux cents, princes ou grands seigneurs pour la plupart. Ils doivent veiller à ce que le christianisme n'existe pas sur leur territoire et s'occupent des domaines dirigés indirectement par le Shogunat. Les daimyo conservent l'autorité dans leur fief mais doivent, cependant, se rendre à Edo tous les deux ans pour rappeler leur allégeance au shôgun.

4. Le Shinokosho

a) Samouraï
La classe des samouraïs est la seule à pouvoir posséder des armes, son symbole étant deux sabres se croisant. Il s'agit de guerriers professionnels protégeant les Daimyos et la population japonaise et sont tous âgés de 20 à 30 ans au minimum. L'affection maternel est limité, leur éducation est très stricte et militaire et ils excellent dans l'art du combat.

Cependant, durant la période Tokugawa, leur fonction guerrière est amoindrie et ils deviennent plus pacifiques, davantage des fonctionnaires chargés de protéger la population et d'assurer une stabilité pour parer toute rébellion. Pour redorer leur image, ils établissent des règles très strictes (le bushidō ou voie du guerrier) dont le suicide rituel, le hara-kiri ou seppuku destiné à préserver leur honneur, est parfois interdit par le Shogunat qui est le chef militaire des samouraïs.

b) Heimin
Il s'agit de la classe des paysans, directement située sous celle des samouraïs car elle est la plus utile et la mieux vue dans la société. Les paysans sont chargés de l'agriculture et apportent la nourriture au Japon, travaillent la terre et ne voyagent pas beaucoup en dehors du village dans lequel ils travaillent. Les familles de paysans sont courantes, contrairement aux samouraïs qui ne représentent que 8% de la population, et chacune exploite les terres pour vivre et vendre leurs biens agricoles.

c) Artisans et marchands
La classe des artisans, suivie de celle des marchands, est la dernière du Shinokosho parce qu'utile à la société mais non indispensable. Les membres de ces deux classes sociales, contrairement aux classes précédentes, sont amenés à se déplacer et à faire énormément de trajet au cours de leur mois ou de leur vie pour pouvoir vivre leur vie. La richesse de ces familles est, donc, très variable, selon les ventes.

5. Les autres classes sociales

a) Prêtre et noble
Les prêtres bouddhistes et shintoïstes ne font pas partie de la société, aux yeux de l'Empereur durant l'époque Edo, parce qu'ils ne servent pas à la société et n'aident pas la population à évoluer et avancer. Le Japon n'évolue pas grâce à eux.

Les nobles de la Cour (le Kuge) ont le même statut que les prêtres. Ils furent une classe aristocratique à la tête du pays jusqu'à l'avènement du Shogunat qui les a relégués et éjectés du pouvoir, littéralement, ne les reconnaissant plus pour rien. Cependant, ils conservent leurs habitudes ainsi qu'une certaine influence culturelle aux yeux des Japonais, en particulier dans les domaines de l'écriture et le maniement de certains instruments. Ils s'entourent aussi d'élèves, disciples, dont les daimyos et les riches roturiers. Leurs revenus viennent de ces cours qu'ils dispensent, chaque élève devant payer une taxe au Kuge.

c) Le Burakumin
Le Burakumin rassemble les classes sociales déshéritées qui se décomposent en eta et hinin. Ce groupe est discriminé socialement et économiquement, il rassemble les parias de la société qui ne reprennent qu'une minorité de la population. Ils sont mis à l'écart de manière spatiale, vivant dans des genres de ghettos.

Les eta ("plein de souillures") et les hinin ("non-humains") ne peuvent changer de classe sociale, ils naissent dans ce groupe et n'en sortent jamais, surtout les eta. Ils se marient entre eux et il est beaucoup plus difficile, pour eux, de trouver logement et travail. Ils n'ont pas de droit et sont plus facilement considérés coupables dans un délit.

Les hinin sont les gens du spectacle, les saltimbanques, les condamnés et les pauvres issus de la population ordinaire, réduits à mendier et à occuper les emplois sales (les geôliers, bourreaux, croque-morts ou espions). Les eta sont des parias héréditaires et occupent des métiers liés au sang : équarrisseur, boucher, tanneur, abatteur d'animaux.

_________________
En cours

Les classes sociales


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: